So Clicquot, so responsible

To visit the veuve-clicquot site, you must be of legal drinking age in your country of residence.
If there is no legal age for consuming alcohol in your country, you must be over 21.

Date of birth

VEUVE CLICQUOT SUPPORTS THE RESPONSIBLE CONSUMPTION OF WINES AND SPIRITS, THROUGH MOËT HENNESSY,
MEMBER OF THE EUROPEAN FORUM FOR RESPONSIBLE DRINKING ( www.responsibledrinking.eu), DISCUS (www.discus.org),
ENTREPRISE ET PRÉVENTION (WWW.PREVENTIONALCOOL.COM) AND CEEV (www.wineinmoderation.eu).

By entering this site you acknowledge that you accept its terms and conditions of use and privacy policy.

The abuse of alcohol is dangerous for your health

BWA2 - FR

Français

Laura GONZALEZ

Architecte, Créatrice de l'agence
PRAVDKA ARKITECT

Décoratrice bohème chic de renom, Laura Gonzalez enchaine les chantiers de rénovation : de l'hôtel Ermitage, à Saint-Tropez, au bar de l'Opéra Garnier
en passant par le Delaville Café, cette jeune architecte n'a pas levé le pied depuis la création de son agence Pravda Arkitect en 2008, à sa sortie
de l'école d'architecture Paris-Malaquais.

La rénovation du Bus Palladium et l'aménagement du restaurant bar Le Schmuck ont assis sa notoriété et consacré son style rétro-bohème. Un genre,
devenu sa marque de fabrique, qu'elle revendique : « j'aime prendre la déco à rebrousse-poil en multipliant les sources d'inspiration ». Et, surtout,
mélanger les papiers peints anglais, les moquettes imprimées ou les objets à histoires chinés aux puces pour un maxi effet et un mini budget.

Aujourd'hui, la jeune architecte compte plus de 160 chantiers à son actif. Autant de lieux où elle crée des histoires à l'image de son dernier projet
au Club de Régine où le mot d'ordre était « exotique chic ». Palmiers, panthères, peaux de zèbres, c'est là la grande force de Laura Gonzalez, faire
de l'élégant avec du kitch, du chaleureux avec du rétro sans jamais tomber dans le too much.

Comme Madeleine Castaing, son mentor, Laura Gonzalez veut oser, surprendre, s'écarter des conventions et préfère sans conteste « le kitch décalé
au bon goût standardisé ».