Cave Privée 1990

Ce vin se pare d'une robe de couleur dorée très soutenue, proche du bronze ; l'effervescence est fine et persistante. Le nez impressionne par son intensité et sa grande richesse. Dès les premiers instants, il dévoile son immense complexité. Les arômes fruités dominent, dans deux registres différents : les fruits confits, presque cuits, et les fragrances d’agrumes. L'aération révèle des notes de vanille, soutenues par des nuances minérales. En bouche, l'attaque, très franche, laisse rapidement place à la structure. Les arômes de liqueur et d'agrumes confits apportent au vin une très belle fraîcheur, avec une finale longue.

Cave Privée 1990 Rosé

Une référence
Le millésime 1990 est imposant. L'année 1990 a exaucé toutes les attentes d'un Chef de Caves en une seule fois: élaboration dans des conditions proches de la perfection et évolution majestueuse en cave. La couleur attire le regard, cette teinte cuivrée est singulière, à la fois lumineuse et soutenue. Le nez est une explosion d'arômes, cela part dans tous les sens ! Le fruité est une pure gourmandise avec des notes de griottes et de pain d'épices puis plus fugitivement de la tourbe et du réglisse. La bouche est veloutée avec un grain de bulles qui tient plus de la douceur que de l'effervescence. La longueur semble interminable, la force du Pinot Noir enracine le vin dans une dimension très vineuse avec une consistance charnue. Le faible dosage prend tout son sens et donne de l'allonge à la finale.

Le Pinot Noir à la Clicquot
Les vins Rosés de Champagne ont ce caractère énigmatique très spécifique : l'assemblage de vin blanc et de vin rouge confère une certaine teinte à l'assemblage, et celle-ci est évolutive. En effet, elle évolue avec le temps et avec le contenant : le magnum n'offre pas exactement la même nuance colorimétrique que la bouteille. Ce n'est pas la seule différence. Le nez est moins exubérant, le caractère épicé, plus en retrait... La bouche est l'archétype de la texture « à la Clicquot » : volume, ampleur avec la minéralité en trame de fond. Les 15% de vins rouges de Bouzy jouent pleinement leurs rôles, apportant de la matière et de la profondeur. Ce vin en magnum est encore sur la retenue, c'est un adolescent qui va grandir et s'affirmer.

Cave Privée 1989 Blanc

Mystérieux 1989
Ce millésime 1989 en blanc est une surprise : cette année pleine de chaleur a donné des vins ronds, souples, d'une belle ampleur. Ici, on (re)découvre un vin, à la jeunesse affirmée avec une fraicheur inattendue lors du premier contact en bouche. Le vin est présent, charnu avec cette ossature de pinot noir qui lui donne beaucoup d'assise en bouche. Quelle présence, quelle longueur ! En l'agitant dans une flûte aux formes arrondies, des senteurs de fruits mûrs, de fruits secs et d'épices viennent inlassablement interroger nos sens aux aguets. On perçoit déjà quelques discrètes notes de safran, de badiane, de bois de santal et d'eaux de vie. Nous sommes très loin de l'apogée de ce grand vin : abondant et capiteux aujourd'hui, il dévoile avec réserve toute la puissance qu'il nous déploiera dans les 20 prochaines années.

Un caractère iodé et minéral saillant
Il est de notoriété publique que les magnums sont la plupart du temps plus adaptés que les bouteilles, qu'en est-il ? Dans le cas présent, on ne peut même plus comparer tant on a le sentiment que c'est un autre vin ! C'est une cure de rajeunissement que le vin a effectué dans ce contenant. Tout est beaucoup plus frais, plus jeune : des notes de clémentine, d'abricots frais (que l'on associe plus aisément à des vins bien plus jeunes) ressortent. On est tenté de jeter un œil sur l'étiquette pour vérifier le millésime... ! Cette vie en magnum a ralenti l'épanouissement du vin : cela lui donne une personnalité très différente de celui contenu dans la bouteille, avec plus de retenue et un caractère iodé et minéral plus saillant.

Un message dans une bouteille
L'ouverture d'un Jéroboam tient souvent du cérémonial. C'est également l'occasion de partager un même vin avec une audience plus large et sur une durée plus longue. Ce format annihile les certitudes que l'on a acquises sur les vins de Champagne : le vin est plein de contrastes. Ce format géant ramène ce vin à un stade jeune de son évolution, les notes levurées sont encore présentes, la minéralité est saisissante. L'empreinte du millésime 1989 est perceptible en filigrane. Après de longues minutes, le caractère du millésime 1989 gagne du terrain sur l'empreinte du Jéroboam : la signature apparaît avec une profondeur et une complexité sans pareille. Quelle dégustation !

Cave Privée Rosé 1989

La teinte est délicatement rosée, l’effervescence très persistante et fine. Le premier nez évoque un registre de torréfaction moka et cacao... Ces notes évoluent vers des arômes plus complexes, avec un fond minéral typique des vins rouges de Champagne. En bouche, les arômes de fruits des bois, renforcent l’impression de structure et de fraîcheur, alors que les arômes d’agrumes et de figue confits soulignent l’acidité du vin. La fin de bouche est généreuse, avec une finale très douce sur les fruits secs.
Le Vintage 1989 Rosé en bouteille évoluera favorablement pendant plus de 15 ans.

Cave Privée 1982 Blanc

Le champagne multifacette
L'année 1982 avait été une année particulièrement généreuse après deux années consécutives de petites récoltes en Champagne. La météo du mois de Septembre fût exceptionnelle, assurant ainsi une parfaite maturité des raisins. Seuls les Pinots Noirs (pour 2/3) et Chardonnay (pour 1/3) prirent part à l'assemblage de ce millésime. La couleur dorée, avec des reflets ambrés, donne le ton : c'est un vin qui va se révéler ! L'effervescence est légère, fine, subtile, et se déploie lentement. Le nez est très riche : des fruits secs, des notes de cacao, de caramel au beurre salé, d'agrumes confits. La bouche est surprenante de jeunesse: la minéralité porte le vin sur la fraicheur, la finale se termine sur des notes d'abricots secs et de santal. On est bluffé par cette capacité d'adaptation qui nous emporte sur la fraicheur à l'apéritif et la profondeur lors d'un repas !

La maturité vient avec le temps
La bouteille de Cave privée de Veuve Clicquot 1982 a mis la barre très haut : qu'attendre du même vin en magnum ? L'équation opère-t-elle à l'identique sur un vin plus mature ? Oui et Non. Oui, le magnum est plein de fraicheur et le potentiel de garde ne semble presque pas entamé : on se dit qu'on le garderait bien encore une dizaine d'années peut être plus si on sait l'oublier. Non, avec le temps les écarts bouteille/magnum s'estompent un peu et on n'est plus sur deux vins différents. La ressemblance entre les deux contenants est plus fragrante que sur un vin plus jeune : on parle plus de nuances ou de légers contrastes que de différences. Le caractère de fruits murs et de toasté reste prédominant. C'est essentiellement en bouche que le magnum se détache, avec des notes finement acidulées et fleuries. Le dosage faible n'est probablement pas innocent dans ce phénomène : il génère un rapprochement entre les deux formats.

Cave Privée 1980

Ce vin présente une robe couleur or patiné. L'effervescence, discrète, reste présente. Le nez, d'une grande maturité, est incroyablement complexe. On décèle à la fois des notes fruitées de confiture (clémentine), une touche végétale (tabac brun), des arômes boisés (cèdre) et une trame épicée en filigrane. L’équilibre en bouche est idéal, avec une attaque franche et une saveur sucrée de pâtisserie, qui se déploie dans une longue finale. Doté d'un potentiel de garde très important, le Vintage 1980 en bouteille évoluera favorablement pendant plus de six ans.

Cave Privée 1979 Rosé

Vers d'autres temps
Cette bouteille de Cave Privée Rosé 1979 nous ramène 34 ans en arrière : la décennie 70 n'a pas été très prolifique en millésimes de longue garde. L'année 1979 est l'exception qui confirme la règle. Une vendange plutôt tardive avec des raisins qui ont pris leur temps pour mûrir. Aujourd'hui, la couleur est chaude, soutenue (19% de vins rouges de Bouzy dans l'assemblage) avec des reflets cuivrées. Le nez est capiteux : notes de safran, de curry, de cuir, de fruits noirs avec un soupçon d'eaux de vie. En bouche, quelle jeunesse : la fraicheur est présente, le caractère salin de notre terroir crayeux ressort de façon très saillante. La finale est opulente avec une matière qui nous enracine dans l'univers des grands Pinots Noirs. La bulle sait se faire discrète : c'est un grand vin pour qui l'effervescence n'est plus que secondaire.

Le temps s'est arrêté
Ce magnum est une révélation, une remise en cause. Le Pinot Noir prend ici une subtilité et une élégance que l'on imaginait uniquement possible avec les grands terroirs bourguignons. L'équilibre entre la texture et la fraiche effervescence du vin est unique : cette jeunesse est presque insolente. Le premier nez est encore sur la réserve : la plénitude intervient après quelques dizaines de minutes. En bouche, l'harmonie entre le charnu et la minéralité est captivante. Les vins rouges de Bouzy prodiguent une colonne vertébrale bien solide, une allonge impressionnante en finale. Cela donne une étrange sensation d'aboutissement et de commencement à la fois. Le potentiel de garde semble encore à peine entamé !

Cave Privée Rosé 1978

La teinte saumonée est belle et soutenue, l’effervescence fine et encore abondante. Le nez, puissant et complexe, évoque la forêt, sur fond de minéralité. La bouche est d’une incroyable fraîcheur pour un vin d’un tiers de siècle.
En rétro-olfaction, des parfums de foin, de cuir et même d’épices orientales viennent parfaire sa complexité olfactive. Ce vin fait montre d’une remarquable charpente. Grâce à son potentiel de garde très important, le Vintage 1978 Rosé en bouteille évoluera encore favorablement pendant plus de 6 ans.

Cave Privée Rosé 1975

La couleur est bien soutenue, avec des tonalités rose orangé, suggérant une belle évolution. L'effervescence est fine, le nez bien ouvert, dans un registre très fruité. Les notes de fruits mûrs, prune, cerise, dominent, puis laissent place à des arômes plus épicés. Le pourcentage élevé de Bouzy rouge se retrouve en bouche : la trame est serrée, la structure bien présente et la finale légèrement tannique. Le Vintage 1975 Rosé en magnum évoluera favorablement pendant plus de 10 ans.

97 pts

Wine enthusiast - octobre 2012

Cave privée 1990. « Ce vin chaleureux, superbement vieilli, fait partie d'une série de champagnes vieillis dans les caves de la Maison. Il émerge du verre avec des saveurs complexes d'amande, de brioche, d'agrumes et une note métallique d'acier. La richesse majestueuse de ce vin justifie pleinement ses décennies de maturation. »

94 pts

Wine spectator - octobre 2012

Cave privée 1990. « Les saveurs riches et les arômes de pain perdu et de mélasse se mêlent à des notes de pêche rôtie, de biscuit, de gingembre moulu, de fleur de sel et de zeste d'orange confite. Ce vin élégant, admirablement équilibré, au perlé subtil, exhale une fraîcheur délicate mais tenace. »

95 pts

Wine spectator - octobre 2012

Cave privée Rosé 1989. « Riche et onctueux, un champagne qui vieillit avec grâce. Son acidité tout en finesse et sa texture légèrement perlée constituent un écrin élégant pour accueillir des saveurs de liqueur de café, d'amandes grillées, de bonbon à la cerise, d'iode et d'écorce d'orange. La finale, longue, se pare subtilement de notes minérales de fumée. Dégorgement en octobre 2008. À déguster dès maintenant, jusqu'en 2022. »